28 juin 2015

Un timbre pour les 900 ans de la fondation de Haguenau

Vers 1115, Frédéric le Borgne, le père de Frédéric Barberousse, construit un château dans l'île de la Moder. C'est à l'ombre de cette "Burg" que va naître et se développer Haguenau (le nom signifie "l'enclos de la rivière").

La ville prospère grâce aux empereurs Frédéric Ier Barberousse et Frédéric II qui y résident occasionnellement jusqu'en 1250 et lui accordent des droits importants (la charte de franchises de Frédéric Barberousse en 1164).

Siège dès la fin du XIIIe siècle du Grand-Bailli, représentant de l'empereur en Alsace, Haguenau devient chef-lieu de la Décapole, organisation de dix villes constituée en 1354.




En 1434, l'empereur Sigismond partage avec la ville la propriété de la forêt ; ce statut de forêt indivise entre la ville et l'Etat est toujours en vigueur.

Important centre économique, commercial surtout, Haguenau est aussi, jusqu'au XVIe siècle un grand foyer culturel, avec notamment d'importants ateliers d'imprimerie.

Les églises Saint Georges et Saint Nicolas, la chancellerie (Musée Alsacien) ou encore l'Ancienne Douane sont les vestiges les plus marquants de cette période de gloire et de prospérité.




Mais la guerre de Trente Ans ouvre un siècle noir, avec son cortège de sièges et d'occupations, Le rattachement de l'Alsace à la France en 1648 provoque des tensions entre la ville et l'autorité royale : en 1677, sur ordre de Louis XIV, la ville est incendiée à deux reprises et détruite, le château impérial disparaît.

A partir de 1715, après la Guerre de succession d'Espagne, Haguenau renaît véritablement et se reconstruit : c'est, après Strasbourg et Colmar, la Ville d'Alsace la plus riche en édifices du XVIIIe siècle.

Dès lors, et jusqu'au XXe siècle, elle devient un grand centre de commercialisation des produits agricoles de son arrière-pays (garance au XVIIIe siècle, houblon au XIXe siècle), une importante ville-garnison, surtout après 1871, tout en tirant parti des ressources du massif forestier.




L'époque du Reichsland, de 1871 à 1918, est dominée par la personnalité de Xavier Nessel, un grand maire bâtisseur (musée, écoles, casernes, parc de la gare).

Après la période de l'entre-deux-guerres, au cours de laquelle Haguenau est un des bastions de l'autonomisme alsacien. La ville est occupée par les Allemands en 1940 et comme tout le nord de l'Alsace, elle n'est libérée qu'en mars 1945, après deux mois de combat et de désolation.




Elle se reconstruit après 1950 et se développe devenant un centre industriel attractif, véritable plaque tournante de l'Alsace du Nord. En même temps, les municipalités successives ont mis l'accent sur son image de marque, grâce à d'importants travaux d'embellissement et à l'essor des activités culturelles. Haguenau est avec ses 35.000 habitants, la 4e ville d'Alsace où il fait bon venir, rester et vivre.

Source ville de Haguenau

Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste




Créé par Sophie Beaujard et gravé par Claude Jumelet

Oblitération Premier jour  le 03 juillet 2015 à Haguenau (67) de 10h à 18h au 5 rue Saint Georges (ancienne Banque de France)

Vente générale le 06 juillet 2015




21 juin 2015

Les villes "vagabondes" d'Alsace-Lorraine

La Philatélie, et plus particulièrement la Marcophilie, permet de découvrir sur les lettres anciennes des faits surprenants pourvu que l'on prête un peu d'attention aux marques postales apposées et que l'on se livre à quelques recherches sur le plan historique.

On découvre alors que des villes ont changé de département, voire de pays, au gré des vicissitudes historiques comme lors des traités de paix qui ont suivi des conflits. Et sur ce plan, la région dite d'Alsace-Lorraine regorge d'exemples tant son Histoire a été mouvementée.

Alain Demeraux, vice-président de la SPAL, a eu l’idée d'en dresser la liste afin de publier, dans la revue trimestrielle "Le Trait d’Union", des articles concernant ces villes sur la base de documents philatéliques afin de reconstituer leur histoire. Ce qui ne peut être que fort enrichissant.

Bien évidemment, il a fait appel aux membres de la SPAL afin qu'ils ouvrent leurs collections et dénichent les pièces originales.

Un premier article est en cours de rédaction. Il sera publié dans le TU de juin et ensuite figurera en bonne place sur ce blog. Il concerne la ville de Sarrelouis qui changea plusieurs fois de nom et de pays.




Suivra la ville de Landau qui fut française puis finalement allemande. Sa parution est prévue dans le TU de septembre prochain.




Ensuite seront concernées des villes qui ont changé de département, comme par exemple Briey, Longwy, Longuyon, Belfort, Montbéliard… ou de pays comme Delémont, Porrentruy… Et bien d'autres que vous aurez la joie de découvrir.

Schématiquement, ces événements se sont produits lors de périodes cruciales de l'Alsace-Lorraine : les périodes révolutionnaire et napoléonienne et, bien évidemment, la guerre de 1870 avec les traités de Versailles et de Francfort qui offrirent l'Alsace et la Lorraine mosellane à l'Empire allemand.

Edgard Faure, homme d'État français des IVe et Ve Républiques était célèbre pour ses retournements d'opinion. A un point tel que certains l'avaient surnommé "La Girouette". Quand on évoquait ce point devant lui, il s'en défendait et, grand humoriste, il précisait : "Ce n’est pas la girouette qui tourne, c'est le vent qui change de sens".

Aussi, en plagiant Edgard Faure, "nos villes vagabondes" pourraient nous rétorquer : "Ce n'est pas nous qui bougeons, ce sont les hommes politiques qui déplacent les frontières".

Alors, à très bientôt sur ce blog.

Jean-Claude PICOLET

14 juin 2015

Publication sur "La Grande Guerre en Alsace et en Moselle - l'année 1914"

La SPAL vient de publier, sous la plume d'André PEINE et Michel FRICK, un premier ouvrage consacré à la Grande Guerre en Alsace-Moselle et intitulé "LA GRANDE GUERRE EN ALSACE EN LORRAINE - L’ANNÉE 1914".

A travers cet ouvrage d'une centaine de pages en couleur, le lecteur découvrira quelques aspects historiques et marcophiles des premiers mois de la Guerre 1914-198 (période du 1er août au 31 décembre 1914) en Alsace et en Lorraine.

Un premier chapitre (22 pages), illustré principalement par des cartes postales, présente l'organisation de l'armée allemande au moment du déclenchement du conflit (14e, 15e, 16e et 21e corps d'armées).

Le deuxième chapitre (24 pages) est consacré aux batailles des frontières en Alsace et en Moselle (août - sept 1914) : batailles de Mulhouse, autour de Colmar, dans la vallée de la Bruche, opérations en Lorraine.

Dans le troisième chapitre est présentée la désorganisation de la poste civile en Haute Alsace allemande (fermetures d'établissements postaux, oblitérations de fortune, ...).

Le dernier chapitre enfin (24 pages) aborde la question du fonctionnement de la poste civile (septembre à décembre 1914) en Alsace française reconquise, une organisation postale provisoire assurée par la poste aux armées, illustrée par de multiples documents d'archives inédits.




Format : A4, 100 pages en couleurs

Prix public : 25 €
Prix pour les membres de la SPAL : 20 €

Port pour la France (par ouvrage) : 6 €
Port pour l’étranger (par ouvrage) : 10 €

Bon de commande du catalogue à télécharger : cliquer ici