samedi 3 octobre 2015

La 22ème vente-échange interne de la SPAL




Nous vous présentons ci-dessous un lien permettant de télécharger le catalogue de la 22ème vente-échange de la SPAL, vente qui est réservée exclusivement aux membres de la SPAL.

La date limite de réception des ordres est fixée au 20 octobre 2015.

Les ordres doivent être envoyés par mail à Alain DEMERAUX, responsable des ventes-échanges, en indiquant simplement le numéro de lot et le montant maximum proposé.

Des copies de lots peuvent également être demandées à Alain DEMERAUX. Pour les lots composés, tout ne sera pas scanné, seulement une à deux pages soit 3 ou 6 documents maxi.


dimanche 30 août 2015

Exposition-bourse sur la Grande Guerre et assemblée générale à Dorlisheim

La SPAL organise les 12 et 13 septembre 2015, conjointement avec l'Amicale philatélique de Dorlisheim et environs et le Club philatélique et cartophile de Truchtersheim, une exposition-bourse sur le thème de "La Grande Guerre 1914 - 1918" à l'Espace Pluriel (Rue Arthur Silberzahn) de Dorlisheim.




Une quinzaine de collections philatéliques ou cartophiles, représen-tant plus de 600 pages, seront présentées au public sur des sujets très variés tels que :

  • Image de guerre dans les Vosges
  • Guerre aérienne en Alsace
  • La poste militaire de campagne dans le secteur du Donon 1914/18
  • La boulangerie militaire lors de la Grande Guerre
  • La poste militaire Allemande dans l'arrondissement de Molsheim durant la Grande Guerre
  • Les vignettes de la Croix Rouge d'Alsace-Lorraine pendant la guerre de 1914-1918
  • La Poste à Schiltigheim durant la Grande Guerre
  • Les premiers timbres Croix Rouge de France 1914/18 (Type Semeuse)
  • Lettres censurées de 1914-1918
  • Les entiers de franchise pendant la Grande Guerre
  • La transition postale en Alsace-Lorraine - 11 novembre au 31 décembre 1918
  • Strasbourg - ville hôpital 1914/18

Une bourse multi-collections se tiendra le dimanche 13 septembre 2015 de  09h00 à 17h00.




L'assemblée générale ordinaire de la SPAL se tiendra sur place le dimanche 13 septembre 2015 à 11h00.

Des mini-conférences de 5/10 minutes, gratuites et ouvertes à tous, seront proposées le 13 septembre 2015 à partir de 14h30 :
  • Les Alsaciens-Lorrains durant la Première Guerre mondiale, par Patrice SCHAFF
  • Le courrier des internés civils alsaciens en 1914-18, par Gilles FEUTREN
  • Les relations postales Alsace reconquise - Reichsland en 1914-18, par Gilles FEUTREN
  • Le camp d'Oberhoffen jusqu’en 1918, par Philippe BOUTSERIN
  • Les cachets de censure utilisés comme moyen d'oblitéra-tion en Alsace-Lorraine en 1914-18, par Michel FRICK

Le groupe de reconstituants militaires "Darstellungsgruppe Süddeutsches Militär (DSM) e. V. 1870-1918" proposera une animation avec des uniformes d'époque.


Deux "MonSouvenirAMoi" (mini-albums de quatre timbres personna-lisés) seront édités à l'occasion de cette exposition.



Couverture du "MonSouvenirAMoi" avec stèle d'une
tombe de soldat allemand au Petit Donon



Vue intérieure du mini-album



Vue agrandie des 4 timbres personnalisés : képi français,
casquette allemande, monument au sommet du Petit Donon,
monument avec aigle du Fort de Mutzig



Couverture du "MonSouvenirAMoi" avec
képi de fantassin français



Vue intérieure du mini-album



Vue agrandie des 4 timbres personnalisés :
dessins de fantassins français et allemand


Ces deux "MonSouvenirAMoi" sont également en vente par correspondance auprès du secrétaire général de la SPAL : bon de commande à télécharger


Par ailleurs, la SPAL édite également à cette occasion un nouvel ouvrage, signé par Michel FRICK, président de l'association, et consacré au "Courrier militaire allemand dans le secteur du DONON et de l'arrondissement de MOLSHEIM 1914 - 1918".

Au début de la guerre, l'armée française entre dans la vallée de la Bruche, mais est rapidement repoussée sur le versant vosgien du Donon. Le secteur sera tenu par la 84e brigade de Landwehr, qui pouvait également compter sur les divisions voisines en cas de besoin. Dans la zone des étapes, à l'arrière du front (fort de Mutzig, Molsheim, Schirmeck, …), l’armée allemande fortifie ses positions et assure l’intendance.

Les timbres à date des différents bureaux de poste militaires de campagne qui traitent le courrier du secteur (à cheval sur 4 départements : Bas-Rhin, Vosges, Moselle et Meurthe-et-Moselle) sont étudiés, dont la "Feldpoststation Nr 125" située à Schirmeck puis à Raon-sur-Plaine.




Au format A4, avec 154 pages en couleur, cet ouvrage est vendu au prix de :

  • Prix public : 30 €
  • Prix membres SPAL : 25 €.
  • Port France : 6 €
  • Port pour l’étranger : 10 €.

Cette étude est en vente par correspondance auprès du documentaliste de la SPAL : bon de commande à télécharger



dimanche 23 août 2015

Bicentenaire de la bataille de Huningue

Huningue, chef-lieu de canton du département du Haut-Rhin, est une bourgade de 1.800 habitants en 1815. Placée sur la rive gauche du Rhin, à trois kilomètres au Nord de Bâle, elle est presque sur la limite de trois nations.

Le général Barbanègre, qui commandait Huningue, apprit le 25 juin 1815 le désastre de Waterloo. Certain d'une attaque prochaine, il se prépara à la résistance, avec sa garnison de 100 artilleurs, 30 fantassins et 5 gendarmes.

L'archiduc Jean vint attaquer cette poignée d'homme avec 25.000 soldats. Il croyait avoir affaire à des forces imposantes. Le 14 août 1815, 130 canons tonnèrent contre la ville, bombes et boulets s'abattirent sur les habitations. La population seconda vaillamment la troupe, sous le feu de l'ennemi.

Après plusieurs semaines d'une farouche résistance, la place n'était plus que ruines baignée du sang de ses valeureux défenseurs. C'est la mort dans l'âme que le général Barbanègre consentit à capituler le 26 août 1815 non sans avoir sollicité et obtenu de l'archiduc Jean, l'honneur suprême de quitter la place librement avec la centaine d'hommes qui avaient survécu, afin de pouvoir rejoindre le maréchal Davout qui s'était retiré avec l'essentiel de l'armée française derrière la Loire.

C'est sous le regard des soldats autrichiens que la garnison héroïque ou ce qu'il en restait quitta la place de Huningue, avec les honneurs de la guerre et la fierté que l'on devine.



D'après un tableau d'Edouard Detaille
© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay)
Christian Jean/Hervé Lewandoski


Ce mini-bloc sera vendu en avant-première à :

▪ HUNINGUE (68), le samedi 29 août de 9h à 17h, le dimanche 30 août de 9h à 16h à l’Eglise de garnison - Place Abbatucci

▪ PARIS (75), le samedi 29 août de 10h à 18h au "Carré d’Encre", 13 bis rue des Mathurins, 75009 Paris.

Vente générale le 31 août 2015
Valeur faciale du mini-bloc : 1,25 €
Timbre carré, dimensions totales 105 x 71,5 mm
Imprimé en héliogravure
Tirage de 525.000 exemplaires




Source : communiqué de presse de Phil@Poste



Pour tous renseignements complémentaires, contacter Egon HABE, président de l'APCNR : egon.habe@free.fr ou 03.89.69.89.37

dimanche 16 août 2015

Du temps où Sarrelouis était moselanne

Avec ce titre « Du temps où », nous initions une nouvelle rubrique dans le bulletin de la SPAL « LE TRAIT D'UNION » qui nous fera découvrir l'histoire postale mosellane ou alsacienne d'une ville qui ne fait plus partie de nos trois départements ; la raison en est souvent la guerre !

La première ville choisie est SARRELOUIS.

La liste de ces villes est assez longue, nous pouvons citer : Briey, Longwy, Longuyon, Landau, Belfort, Bienne, Bourogne, Montbéliard et Porrentruy (liste non exhaustive).

Nos collègues internautes qui pourraient améliorer, corriger ces articles sont amenés à le faire en nous envoyant textes et/ou scans. Nous les en remercions à l'avance.

En 1678, la Lorraine est rattachée à la France. En 1680, Louis XIV ordonne le démantèlement de la petite ville de Vaudrevange du Duché de Lorraine, désarmée par les Suédois, et de construire une forteresse. Vauban, bien sûr en fut chargé. Saarlouis ou Sarrelouis était née. En 1697, avec le traité de Ryswick, une grande partie de la Lorraine regagne son indépendance. Pourtant Louis XIV parvient à conserver la ville qui n’est plus qu’une enclave.

En 1738, par le Traité de Vienne qui met un point final à la Guerre de Succession de Pologne, Stanislas Leczinski abandonne toute prétention sur le Trône de Pologne, tout en conservant le titre de Roi. Il reçoit en dédommagement les deux duchés de Lorraine et de Bar, grâce au soutien de Louis XV qui avait épousé sa fille en 1725. A sa mort, en 1766, ces deux duchés seront réunis au royaume de France.

En 1793, on lui donne le nom révolutionnaire de SARRE LIBRE. En 1814, elle retrouve son nom original. Elle a été attribuée à la Prusse en même temps que Sarrebruck par le deuxième traité de Paris du 28 novembre 1815. Elle a vu naître le maréchal NEY.

En 1936, les Nazis trouvant son nom trop français unifient la ville de Saarlouis avec la commune voisine de Fraulautern sur la rive est de la Sarre et la rebaptisent SAARLAUTERN.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en 1945, sous l'occupation française provisoire de la région, la ville a retrouvé son nom allemand de SAARLOUIS, sa devise et ses armoiries, Fraulautern en est devenu un quartier (Stadtteil).







La première marque de Sarrelouis est une marque manuscrite connue dès 1681.



(1) Les marques manuscrites, comme nous pouvons le voir ci-dessus, adoptent au fil du temps des orthographes et des graphies différentes. On rencontre ces marques manuscrites (8 au total) de 1681 à 1745.



(2) Lettre du 12 juin 1715 pour Nancy (nancey en loraine) avec marque rarissime « S.LOUIS » (seul exemplaire recensé). Le port est de 3 sous.



(3) La troisième marque est une marque linéaire « SARRELOVIS » dans laquelle le U est remplacé par un V. Elle est recensée à partir du 6 septembre 1736 jusqu'au 2 mars 1763 (3 ex.).

Le port de cette lettre destinée à Paris est de six sous.




Source : ventes SAARPHILA

Cette présentation n'est que le début de l'article paru dans « Le Trait d'Union » n° 161 de juin 2015. L'article complet comporte 17 documents sur 5 pages ainsi que la suite du relevé de dates (catalogue). En septembre, nous publierons LANDAU (67).

samedi 8 août 2015

Livret collector "Mémoire de Pierres"




Le 22 avril 2015, le secrétariat d’État aux anciens combattants et à la mémoire et La Poste se sont associés, à l'occasion de la cérémonie du souvenir au mémorial de la prison Montluc de Lyon, pour commémorer ensemble les hauts lieux de la mémoire nationale.

À cette occasion, La Poste a lancé "Mémoire de Pierres", un livret collector qui se présente sous la forme d'un livret de 20 pages, comportant neuf timbres collectors qui illustrent chacun un haut lieu de la mémoire nationale.




Chacun de ces hauts lieux commémore des conflits contemporains, sélectionnés par le ministère de la Défense pour leur portée particulièrement symbolique, permettant d’entretenir le lien armée-nation :

  • Le cimetière de Fleury (Meuse)
  • Le cimetière national de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais)
  • Le mémorial de la prison de Montluc (Rhône)
  • L'ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof (Bas-Rhin)
  • Le mont Valérien (Hauts-de-Seine)
  • Le mémorial des martyrs de la Déportation (Paris)
  • Le mémorial des guerres d'Indochine (Var)
  • Le mémorial du débarquement de Provence (Var)
  • Le mémorial de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie (Paris)








dimanche 2 août 2015

Le Centre Toutes Armes d’Instruction / Sous-Officier de Réserve (CTAI/SOR) de Thionville (1954/95)

A peine sortie de la Seconde Guerre mondiale, la France doit déjà faire face au défi de la guerre froide et aux opérations de décolonisation dont la guerre d'Indochine et d'Algérie.

Pour pouvoir assurer les missions de Défense Opérationnelle du Territoire (DOT), l'armée française compte sur le contingent et les réservistes.

A la fin de l’année 1953, un certains nombres de réservistes du contingent sont appelés à participer à une réunion dont l'objet est la création d'une « Compagnie de Forteresse de la Moselle », unité d'instruction des Réservistes.

Une autre unité appelée « Compagnie d'Instruction de Réservistes », ayant une fonction similaire, fut créée à la même époque. Ce type de compagnie fut mis en place dans les neuf départements de la 6e Région Militaire.



Le CTAI/SOR de Thionville vers 1956


Le 1er février 1954 voit donc officiellement la création de deux compagnies de réservistes de la Moselle, placées sous le commandement du Lieutenant-colonel (de réserve) FERRY, sous l'autorité du colonel LESSORE DE SAINTE FOY (de la subdivision de Metz) :

- 1 Compagnie de Réservistes de la Moselle
- 1 Compagnie de Forteresse de la Moselle

La Compagnie de Forteresse de la Moselle était articulée en différents pelotons (ou sections) mixtes (infanterie/artillerie) correspondant à l'implantation géographique de la Ligne Maginot.

La section de Thionville était affectée à la défense de l'ouvrage de Soetrich. Mais par suite d'une décision du commandement militaire, le 25 février 1952 voit la dissolution des deux compagnies de réservistes.

Le 4 mars 1952 voit la création d'un centre d’instruction des réserves appelés CTAI/SOR de la Moselle, sous la responsabilité au niveau départemental, du chef de Bataillon MERCKLING.

La section de Thionville est placée sous les ordres du Capitaine (de réserve) SOMMEN et le corps d’armée support est le 25ème Régiment d’Artillerie, stationné au quartier Jeanne d’Arc.

Les CTAI/SOR avaient pour mission de préparer les Certificats Inter-Armes (CIA) BAS 1 et BAS 2 pour promouvoir les officiers.



Le CTAI/SOR de Thionville dans les années 1990


Au courant des années 80, le CTAI/SOR de Thionville deviendra le CMC de Thionville (Cellule de Maintien en Condition). Après la dissolution du 25e RA, le corps support sera le 1er RMCA, puis le 40e RT toujours basé au quartier Jeanne d’Arc.

Après avoir perdu les missions en matière d'instruction militaire, les CMC disparaîtront en 1995, conformément aux nouvelles directives relatives à l'instruction des réserves.



Lettre en franchise postale envoyée par le Chef de Détachement de Réserve de Thionville dont le corps support est le 40e Régiment de Transmission (04 décembre 1985)



Lettre expédiée en franchise postale avec cachet de l’Amicale des Sous-Officiers de Réserve de Thionville pour justifier la franchise (06 décembre 1991)


Source : « LE CTAI/SOR DE THIONVILLE 1954 - 1995 » par le Chef de Bataillon Lucien HOFFMAN - Edition Repro2000


mardi 28 juillet 2015

"LE TRAIT D'UNION" n° 161

Bulletin trimestriel interne de l'association des SPécialistes en marques postales et oblitérations d'Alsace-Lorraine (SPAL), "LE TRAIT - D'UNION" n° 161" (2ème trimestre 2015) "relooké" vient de paraître.

Constitué de 50 pages (dont 8 en couleurs) et richement illustré, son copieux sommaire est le suivant :

- A LA SPAL (mouvements, dates de réunion, les études en cours, compte-rendu de la réunion du comité du 02 mai 2015, index des Traits d'Union 2014, le blog de la SPAL, exposition à Dorlisheim et assemblée générale, ventes sur offres "ROUMET", prochaine vente sur offres "SPAL")

- QUESTION / REPONSE

- INFORMATIONS GÉNÉRALES (manifestations)

- A PARAITRE : L'HISTOIRE DE LA POSTE A SARREBOURG

- CATALOGUE DES CACHETS CENSURE - Chapitre concernant MULHOUSE

- COMMENTAIRES, PRÉCISIONS SUR UN ARTICLE PARU PRÉCÉDEMMENT

- NOUVEAUTÉS (bureaux temporaires, actualités des bureaux)




- LES TIMBRES A DATE "COLMAR DIRECTION"

- DU BUREAU DE POSTE DE HAUTE-YUTZ A L'AGENCE POSTALE COMMUNALE

- DÉCOUVERTES ET ACTUALITÉS

A. LA POSTE FRANÇAISE (avant 1870) : Saint-Avold et quelques unes de ses boîtes rurales, timbre "APRES LE DEPART 2336" à Metz

B. LA POSTE ALLEMANDE (1870-1918) : timbre à date type 111 de Condé-Northen, mandat postal de Saverne pour Phalsbourg, carte-postale de Dannemarie du 21 août 1914, timbre à date type 111 de Saint-Hyppoyte, du nouveau au catalogue des Lazarett

C. LA POSTE ENTRE 1940-1945 : lettre avec signification de Mulhouse sous affranchie, un nouveau timbre ferroviaire "Saargemünd-Hagenau", un avis de réception "après-coup" de Strasbourg-Schiltigheim, lettre à destination d'un prisonnier à Dieuze retournée à son expéditeur, l'administration de Schiltigheim repliée en Haute-Vienne, faux et fantaisies en tous genres

E. LA POSTE DEPUIS 1945 : bureaux mosellans réquisitionnés début 1945, lettre de Niderviller du 2 juillet 1945 pou les Etats-Unis, découvertes récentes pour le catalogue "Moselle 1944-2007"

- DU LAISSER ALLER DANS LA RÉGLEMENTATION !

- DU TEMPS OU SARRELOUIS ÉTAIT MOSELLAN

- NOS PETITS BUREAUX : Uhrwiller (67), Marienau (57) et Wettolsheim (68)

- LES BOITES MOBILES EN ALSACE-MOSELLE ET MEURTHE ANNEXÉE (1ère et 2ème parties)

- DANS LES VENTES

dimanche 28 juin 2015

Un timbre pour les 900 ans de la fondation de Haguenau

Vers 1115, Frédéric le Borgne, le père de Frédéric Barberousse, construit un château dans l'île de la Moder. C'est à l'ombre de cette "Burg" que va naître et se développer Haguenau (le nom signifie "l'enclos de la rivière").

La ville prospère grâce aux empereurs Frédéric Ier Barberousse et Frédéric II qui y résident occasionnellement jusqu'en 1250 et lui accordent des droits importants (la charte de franchises de Frédéric Barberousse en 1164).

Siège dès la fin du XIIIe siècle du Grand-Bailli, représentant de l'empereur en Alsace, Haguenau devient chef-lieu de la Décapole, organisation de dix villes constituée en 1354.




En 1434, l'empereur Sigismond partage avec la ville la propriété de la forêt ; ce statut de forêt indivise entre la ville et l'Etat est toujours en vigueur.

Important centre économique, commercial surtout, Haguenau est aussi, jusqu'au XVIe siècle un grand foyer culturel, avec notamment d'importants ateliers d'imprimerie.

Les églises Saint Georges et Saint Nicolas, la chancellerie (Musée Alsacien) ou encore l'Ancienne Douane sont les vestiges les plus marquants de cette période de gloire et de prospérité.




Mais la guerre de Trente Ans ouvre un siècle noir, avec son cortège de sièges et d'occupations, Le rattachement de l'Alsace à la France en 1648 provoque des tensions entre la ville et l'autorité royale : en 1677, sur ordre de Louis XIV, la ville est incendiée à deux reprises et détruite, le château impérial disparaît.

A partir de 1715, après la Guerre de succession d'Espagne, Haguenau renaît véritablement et se reconstruit : c'est, après Strasbourg et Colmar, la Ville d'Alsace la plus riche en édifices du XVIIIe siècle.

Dès lors, et jusqu'au XXe siècle, elle devient un grand centre de commercialisation des produits agricoles de son arrière-pays (garance au XVIIIe siècle, houblon au XIXe siècle), une importante ville-garnison, surtout après 1871, tout en tirant parti des ressources du massif forestier.




L'époque du Reichsland, de 1871 à 1918, est dominée par la personnalité de Xavier Nessel, un grand maire bâtisseur (musée, écoles, casernes, parc de la gare).

Après la période de l'entre-deux-guerres, au cours de laquelle Haguenau est un des bastions de l'autonomisme alsacien. La ville est occupée par les Allemands en 1940 et comme tout le nord de l'Alsace, elle n'est libérée qu'en mars 1945, après deux mois de combat et de désolation.




Elle se reconstruit après 1950 et se développe devenant un centre industriel attractif, véritable plaque tournante de l'Alsace du Nord. En même temps, les municipalités successives ont mis l'accent sur son image de marque, grâce à d'importants travaux d'embellissement et à l'essor des activités culturelles. Haguenau est avec ses 35.000 habitants, la 4e ville d'Alsace où il fait bon venir, rester et vivre.

Source ville de Haguenau

Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste




Créé par Sophie Beaujard et gravé par Claude Jumelet

Oblitération Premier jour  le 03 juillet 2015 à Haguenau (67) de 10h à 18h au 5 rue Saint Georges (ancienne Banque de France)

Vente générale le 06 juillet 2015




dimanche 21 juin 2015

Les villes "vagabondes" d'Alsace-Lorraine

La Philatélie, et plus particulièrement la Marcophilie, permet de découvrir sur les lettres anciennes des faits surprenants pourvu que l'on prête un peu d'attention aux marques postales apposées et que l'on se livre à quelques recherches sur le plan historique.

On découvre alors que des villes ont changé de département, voire de pays, au gré des vicissitudes historiques comme lors des traités de paix qui ont suivi des conflits. Et sur ce plan, la région dite d'Alsace-Lorraine regorge d'exemples tant son Histoire a été mouvementée.

Alain Demeraux, vice-président de la SPAL, a eu l’idée d'en dresser la liste afin de publier, dans la revue trimestrielle "Le Trait d’Union", des articles concernant ces villes sur la base de documents philatéliques afin de reconstituer leur histoire. Ce qui ne peut être que fort enrichissant.

Bien évidemment, il a fait appel aux membres de la SPAL afin qu'ils ouvrent leurs collections et dénichent les pièces originales.

Un premier article est en cours de rédaction. Il sera publié dans le TU de juin et ensuite figurera en bonne place sur ce blog. Il concerne la ville de Sarrelouis qui changea plusieurs fois de nom et de pays.




Suivra la ville de Landau qui fut française puis finalement allemande. Sa parution est prévue dans le TU de septembre prochain.




Ensuite seront concernées des villes qui ont changé de département, comme par exemple Briey, Longwy, Longuyon, Belfort, Montbéliard… ou de pays comme Delémont, Porrentruy… Et bien d'autres que vous aurez la joie de découvrir.

Schématiquement, ces événements se sont produits lors de périodes cruciales de l'Alsace-Lorraine : les périodes révolutionnaire et napoléonienne et, bien évidemment, la guerre de 1870 avec les traités de Versailles et de Francfort qui offrirent l'Alsace et la Lorraine mosellane à l'Empire allemand.

Edgard Faure, homme d'État français des IVe et Ve Républiques était célèbre pour ses retournements d'opinion. A un point tel que certains l'avaient surnommé "La Girouette". Quand on évoquait ce point devant lui, il s'en défendait et, grand humoriste, il précisait : "Ce n’est pas la girouette qui tourne, c'est le vent qui change de sens".

Aussi, en plagiant Edgard Faure, "nos villes vagabondes" pourraient nous rétorquer : "Ce n'est pas nous qui bougeons, ce sont les hommes politiques qui déplacent les frontières".

Alors, à très bientôt sur ce blog.

Jean-Claude PICOLET

dimanche 14 juin 2015

Publication sur "La Grande Guerre en Alsace et en Moselle - l'année 1914"

La SPAL vient de publier, sous la plume d'André PEINE et Michel FRICK, un premier ouvrage consacré à la Grande Guerre en Alsace-Moselle et intitulé "LA GRANDE GUERRE EN ALSACE EN LORRAINE - L’ANNÉE 1914".

A travers cet ouvrage d'une centaine de pages en couleur, le lecteur découvrira quelques aspects historiques et marcophiles des premiers mois de la Guerre 1914-198 (période du 1er août au 31 décembre 1914) en Alsace et en Lorraine.

Un premier chapitre (22 pages), illustré principalement par des cartes postales, présente l'organisation de l'armée allemande au moment du déclenchement du conflit (14e, 15e, 16e et 21e corps d'armées).

Le deuxième chapitre (24 pages) est consacré aux batailles des frontières en Alsace et en Moselle (août - sept 1914) : batailles de Mulhouse, autour de Colmar, dans la vallée de la Bruche, opérations en Lorraine.

Dans le troisième chapitre est présentée la désorganisation de la poste civile en Haute Alsace allemande (fermetures d'établissements postaux, oblitérations de fortune, ...).

Le dernier chapitre enfin (24 pages) aborde la question du fonctionnement de la poste civile (septembre à décembre 1914) en Alsace française reconquise, une organisation postale provisoire assurée par la poste aux armées, illustrée par de multiples documents d'archives inédits.




Format : A4, 100 pages en couleurs

Prix public : 25 €
Prix pour les membres de la SPAL : 20 €

Port pour la France (par ouvrage) : 6 €
Port pour l’étranger (par ouvrage) : 10 €

Bon de commande du catalogue à télécharger : cliquer ici

samedi 30 mai 2015

Un bureau temporaire à Baldersheim

L'association des parents d'élèves des écoles de Baldersheim organise, le samedi 13 juin prochain, sa traditionnelle fête de l'école dont la plupart des animations se dérouleront sur le thème du Far West.

La Poste s'associe à cette journée festive en mettant en place un bureau de poste, ouvert de 9h à 12h, au sein de l'établissement scolaire.

Un cachet postal illustré sera exceptionnellement mis en service durant la matinée et sera apposé sur tous les courriers déposés à ce bureau.

Afin de ne pas rater cette oblitération spéciale, une boîte aux lettres sera mise à disposition des élèves pour qu’ils puissent y déposer leur courrier durant toute la semaine précédente. Les plis seront levés le jour de la manifestation.

Pour les personnes qui souhaitent avoir cette oblitération sur leur courrier, elles pourront le déposer préalablement à la Poste de Baldersheim.



Timbre à date temporaire
(image non contractuelle)


En plus, à l'initiative de l'association, la commune de Baldersheim sera mise à l'honneur par l'édition d'un carnet de 4 timbres-poste illustrés de vues du village.

Ce carnet, au tirage limité, sera également mis en vente lors de la kermesse au prix de 7 euros.

N'hésitez donc pas à faire la promotion de cette belle commune en affranchissant votre courrier avec ces timbres.



Couverture extérieure du carnet (image non contractuelle)



Les 4 timbres personnalisés issus du carnet
Vues de Baldersheim (images non contractuelles)


Bon de commande à télécharger ici : bon de commande

Pour toute commande ou renseignement, vous pouvez contacter Patrice SCHAFF

samedi 23 mai 2015

Les présidents de la SPAL : Edmond GUTEKUNST (1971-1983)

Deux mois avant son 82ème anniversaire, M. Henri GACHOT a proposé à l'assemblée générale du 21 février 1971 comme son successeur à la présidence M. Edmond GUTEKUNST, directeur administratif d'un cabinet d'assurances, il fut élu à l'unanimité.

Le nouveau président, né le 29 avril 1910 à Strasbourg, est collectionneur de longue date. Il portait toujours un intérêt particulier aux marques postales, aux oblitérations et aux cachets "accessoires".




Avec son dynamisme exemplaire, il a réalisé avec la collaboration des Spalistes les plus actifs, plusieurs études très poussées et très remarquées dans les milieux philatéliques, à savoir :

I. - Les marques d'origine (rurales et urbaines)
II. - La "Petite Poste" de Strasbourg (1779-1781)
III. - Bureaux de distribution - Marques postales "cursives"
IV. - Les précurseurs des "cursives"
V. - Les mentions manuscrites sur le courrier d'autrefois
VI. - Les boîtes mobiles
VII. - Bureaux de distribution : les successeurs des "cursives" (cachets perlés)
VIII. - Les cachets des bureaux télégraphiques
IX. - Timbres pour journaux (1868-1870)
X. - Lettres dont le port dû n'a pas été payé par l'expéditeur
XI. - Les routes postales - les bureaux ambulants - les gares
XII. - Les cachets des courriers convoyeurs - station d'Alsace-Lorraine
XIII. - Marques postales sur courrier international ayant traversé l'Alsace-Lorraine
XIV. - Les cachets d'entrée en France ayant traversé l'Alsace-Lorraine française
XV. - Les armées françaises en Alsace-Moselle (1734-1815)
XVI. - Occupation et annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne (1870-1872)

Il est décidé de sortir un ou plusieurs catalogues d'Alsace-Moselle réunissant toutes les données déjà publiées et d'autres inédites jusqu'à présent. Les trois premiers chapitres du catalogue consacré à la période 18572-1924 ont été publiés sous forme de feuillets mobiles au début des années 1980.

Sous sa conduite, la SPAL a rendu visite au Musée Postal de Riquewihr le 11 octobre 1971, suivi d'un déjeuner en commun au Restaurant St. Barnabé à Murbach (Haut-Rhin). Pour fêter dignement le 40ème Anniversaire de la SPAL, une grande réunion avec déjeuner en commun a eu lieu le 12 novembre 1972 à l'ancien siège social "Taverne Mutzig".

En 1974, il a mis en oeuvre une participation collective des membres de la SPAL à l'exposition philatélique nationale de Colmar : pour la première fois, et peut-être la seule, ont été réunis et présentés au public tous les fleurons de l'histoire postale d'Alsace-Lorraine, du 16ème au 20ème siècles.

Sous sa plume, un nouveau bulletin de liaison a vu le jour : d'abord appelé "La circulaire du président" (25 numéros parus entre le 15 mars 1971 et le 7 février 1974), il est devenu "Le Trait d'Union" dont le numéro 1, daté du 09 mars 1974, comportait 3 pages.

Edmond GUTEKUNST est décédé le 08 février 1989.

jeudi 14 mai 2015

Un bureau temporaire à Haguenau

Un bureau temporaire avec timbre à date grand format illustré sera mis en service le SAMEDI 23 MAI 2015 de 9h à 18h (et non le 22 mai comme annoncé par erreur dans la presse philatélique) au musée du bagage de HAGUENAU.



Maquette du timbre à date


Informations complémentaires issues du site internet de la Ville de Haguenau :




HAGUENAU RÊVE DE VOYAGE

Du 23 mai au 25 octobre, Haguenau rêve de voyage !


Sur 1.300 m² d'exposition, plongez dans le monde fascinant des bagages et des voyages !


Vivez l'histoire du voyage du 18ème siècle à nos jours à travers les métamorphoses du bagage, des modes de transport et des modes vestimentaires.

Le visiteur découvrira un Hall du Grand Manège (rue des Chevaliers, à côté de l'Hôtel de Ville de Haguenau) totalement transformé. avec une scénographie soignée et structurée autour d'îlots, découvrez l'âge de la diligence, l'arrivée du train, les longs voyages en paquebot ou les escapades sur la Nationale 7 en 4 CV.


Décors imposants, vidéo, sons et lumières, la scénographie donne vie à la collection de malles exposée.


La quasi totalité des objets à découvrir est issue de la plus grande collection d'Europe de bagages anciens, restaurés par M. et Mme Rolland, couple de collectionneurs passionnés haguenoviens. Près de 200 malles et bagages d'une grande diversité, dont certaines pièces uniques au monde, vous sont présentées.


Au fil des siècles, les formes évoluent, les usages aussi : des coffres de Nuremberg et des marmottes des commerçants ambulants à l'émergence des véritables malles de luxe Louis Vuitton, Moynat ou Goyard, la collection est d'une grande richesse. Malle-lit Louis Vuitton utilisée dans les expéditions coloniales, malle-bureau de Sir Arthur Conan Doyle, malle à chaussures pour cantatrice internationale... autant de pépites d'ingéniosité qui ne manqueront pas de vous faire voyager !

Pour tout savoir sur l'évolution des malles à travers le temps, une brochure est disponible sur place.



CARTE, TIMBRE, CACHET PREMIER JOUR !


Qui dit voyage, dit lettre, courrier, timbre... A l'occasion du 1er jour d'ouverture au public le 23 mai, la Poste propose de marquer l'évènement par l'émission d'un cachet "premier jour". Le 23 mai de 9h à 18h, chacun pourra faire l'acquisition d'une carte postale de l'exposition, de timbres à faire tamponner avec ce cachet unique. Le bureau de poste se tiendra sur le parvis du Hall du Grand Manège, sous un espace spécialement aménagé, avec notamment un bureau de Poste de l'époque.



INFORMATIONS PRATIQUES


Hall du Grand Manège, 2 rue des Chevaliers (à côté de l'Hôtel de Ville), Haguenau


Du 23 mai au 25 octobre 2015


Du mercredi au dimanche de 14h à 18h


Plein tarif : 6 € - Tarif réduit : 4 €


Exposition trilingue : français, allemand, anglais


Visites guidées tous les dimanches à 15h et 16h


Visites théâtralisées par le Théâtres des 2 Haches un samedi par mois à 15h et 16h30 (samedi 23 mai, 27 juin, 18 juillet, 8 août, 19 septembre, 24 octobre et dimanche 5 juillet (Marché des Terroirs)


Renseignements au 03 88 90 29 46


mercredi 6 mai 2015

Index des "TRAITS D'UNION" parus en 2013

M. Gilles FEUTREN, documentaliste de la SPAL, a réalisé un index des articles publiés dans les "Traits d'Union" en 2013 (n° 152 à 155). Cet index a deux entrées : 

1. CLASSEMENT PAR THÈME :
  • bureaux d'échanges : Forbach, Boulay, Bouzonville, Metz, Sierck, Thionville, Strasbourg, Paris Etranger
  • censure : Pange, Sarreguemines, Strasbourg, Wangenbourg
  • certificats de remise
  • circulaire Reichspostdirektion
  • colis postaux : Avricourt, Herny, Martille, Metz, Saverne, Strasbourg, Benwihr, Ensiheim, Huningue, Wesserling
  • douane : Wesserling
  • double affranchissement : Saverne, Lemberg
  • évacuation 1939 : Strasbourg
  • faux : Château-Salins, Metz, Saverne, Strasbourg
  • ferroviaire : Lutzelbourg, Vic-sur-Seille, Bischwiller, Strasbourg
  • franchise : Metz, Niederbronn, Pfaffenheim
  • hôpitaux : Metz, Sarreguemines
  • internés civils : Bitche
  • Libération : Strasbourg
  • militaire : Metz, Schiltigheim, Bellingen (Bade)
  • oblitération de fortune : Metz
  • petits bureaux : Haboudange, Oudrenne, Remering-les-Puttelange, Rodemack, Kaltenhouse, Meistratzheim, Obersteinbach, Otterswiller, Ballersdorf, Bühl, Pfaffenheim, Sundhoffen
  • Postbuch : Strasbourg
  • poste aérienne : Strasbourg, Mulhouse
  • poste privée : Strasbourg
  • poste restante : Hettange-Grande
  • poste rurale : Sarrebourg
  • prisonniers : Metz, Oberhoffen, Schirmeck, Mulhouse
  • procuration : Bitche
  • rapports d'erreur : Haguenau
  • rebuts : Strasbourg
  • recommandé : Metz, Sarrebourg, Strasbourg, Lutterbach, Mulhouse
  • recouvrement : Sarrebourg
  • rente (formulaire) : Schiltigheim
  • restriction du courrier : Lixheim, Luttange
  • second port : Haguenau, Durmenach
  • tarifs : Reims, Harskirchen, Mulhouse
  • taxe : Puttelange, Barr, Haguenau, Strasbourg, Mulhouse, Durmenach
  • télégramme : Metz, Puttelange, Natzwiller, Strasbourg
  • téléphone : Mutterholz
  • timbre de retour : Basse Yutz
  • timbres à date : Algrange, Bouzonville, Forbach, Gomelange, Kedange, Lemberg, Lucy, Maizieres-les-Vic, Metz, Norroy-le-Veneur, Noveant, Bischwiller, Merckwiller, Strasbourg, Ballersdof, Cernay, Guebwiller, Mulhouse, Village-Neuf
  • timbres-poste : Illkirch-Graffenstaden, Reichshoffen




2. CLASSEMENT PAR PÉRIODES ET PAR COMMUNES :
  • poste française avant 1870 : Boulay, Bouzonville, Forbach, Haboudange, Metz, Sarrebourg, Sierck, Thionville, Strasbourg, Mulhouse, Wesserling, Paris-Etranger
  • poste allemande 1870-1918 : Avricourt, Burthecourt, Château-Salins, Gomelange,Herny, Lutzelbourg, Metz, Oudrenne, Puttelange, Remering-les-Puttelange, Rodemack, Sarrebourg, Sarreguemines, Vic-sur-Seille, Barr, Bischwiller, Drulingen, Haguenau, Harskirchen, Kaltenhouse, Meistratzheim, Merckwiller, Natzwiller, Obersteinbach, Otterswiller, Reichshoffen, Saverne, Schiltigheim, Strasbourg, Ballersdorf, Bennwihr, Bühl, Colmar, Durmenach, Huningue, Lemberg, Mulhouse, Pfaffenheim, Rixheim, Sundhoffen, Wesserling
  • poste française 1918-1940 : Hettange-Grande, Metz, Norroy-le-Veneur, Sarrebourg, Bischwiller, Chatenois, Illkirch-Graffenstaden, Muttersholz, Strasbourg, Wangenbourg, Cernay, Ensisheim, Guebwiller, Lutterbach, Mulhouse, Pfaffenheim, Sainte Marine aux Mines
  • poste allemande 1940-1945 : Basse-Yutz, Bouzonville, Cheminot, Martille, Metz, Noveant, Pange, Niederbronn, Obserhoffen, Saverne, Schirmeck, Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Munster
  • poste depuis 1945 : Bitche, Lixheim, Luttange, Metz, Haguenau, Schiltigheim, Ballersdorf, Village-Neuf

Cet index de 8 pages est téléchargeable ici : index des TU 2013.

lundi 4 mai 2015

Index des "TRAITS D'UNION" parus en 2014

M. Gilles FEUTREN, documentaliste de la SPAL, a réalisé un index des articles publiés dans les "Traits d'Union" en 2014 (n° 156 à 159). Cet index a deux entrées : 

1. CLASSEMENT PAR THÈMES :
  • acheminements : agence postale, bureaux d'échange, censure, cente de tri, douane, ferroviaire, poste aérienne, poste cantonale des Vosges, retour
  • affranchissement : affranchissement composé, contre-remboursement, double affranchissement, échantillon, entier postal, faux et retouchés, franchise, hôpitaux, imprimés, journaux, Libération, machines à affranchir, militaire, mixte (affranchissement, oblitération), poste privée, prisonniers, recommandé, tarifs, taxe, timbres-poste
  • divers : destinations étrangères, index SPAL, vignettes
  • formulaire : bulletin de levée, certificats de remise, colis postaux, coupon-réponse, formulaires, récépissé, télégramme
  • oblitérations : boîte mobile, bureau temporaire, dernier jour, entrée ferroviaire, griffes, machines à oblitérer, oblitérations de fortune, petits bureaux, timbre à date
  • réglementation : circulaire, évacuation 1939




2. CLASSEMENT PAR PÉRIODES ET PAR COMMUNES :
  • poste française avant 1870 : Boulay, Bouzonville, Forbach, Haboudange, Lagarde, Loudrefing, Metz, Strasbourg, Paris-Etranger
  • poste allemande 1870-1918 : Briey, Labry, Algrange, Aumetz, Boulay, Château-Salins, Courcelles-Chaussy, Dieuze, Gravelotte, Hargarten, Lezy, Maizières-Azoudange, Metz, Metzervisse, Moulins-les-Metz, Moyenvic, Ottange, Redange, Saint-Avold, Sarralbe, Sarrebourg, Sarreguemines, Saint-Avold, Teterchen, Bischeim-Hoenheim, Diemeringen, Drulingen, Gougenheim, Kogenheim, Oberschaeffolsheim, Saverne, Sélestat, Strasbourg, Weitbruch, Wissembourg, Chatenois, Colmar, Eguisheim, Guebwiller, Kaysersberg, Kientzheim, Kingersheim, Kunheim, Merxheim, Mulhouse, Ostheim, Ribeauvillé, Sainte-Marie-aux-Mines, Soultz, Ungersheim, Urbès, Cornimont, Le Thillot
  • poste française 1918-1940 : Bambiderstroff, Metz, Puttelange-les-Sarralbe, Thionville, Volmunster, Morsbronn-les-Bains, Schiltigheim, Sélestat, Strasbourg, Mulhouse, Roppenzwiller, Saint-Hippolyte, Soultz, Walbach
  • poste allemande 1940-1945 : Nancy, Cheminot, Forbach, Gorze, Hartzviller, Hombourg-Haut, L'Hopital, Metz, Thionville, Brumath, Strasbourg, Mulhouse, Drancy
  • poste depuis 1945 : Bousseviller, Gravelotte, Hagondange, Lixheim, Metz, Moussey, Pagny-lès-Goin, Sarreguemines, Vallérysthal Trois Fontaines, Zoufftgen, Barr, Brumath, Schiltigheim, Strasbourg, Mulhouse, Turckheim

Cet index de 12 pages est téléchargeable ici : index des TU 2014.


vendredi 1 mai 2015

Un timbre-poste pour le monument national du Hartmannswillerkopf

Le timbre présente au premier plan l'autel de la Patrie, situé sur le vaste parvis qui recouvre le vestibule et la crypte du monument national du Hartmannswillerkopf.

Les faces du parallélépipède de bronze doré portent les blasons des douze grandes villes de France qui financèrent le mémorial en 1920.




Dessiné et gravé par Eve Luquet, d'après une photo de HWK © Christophe MEYER

Oblitération illustrée Premier jour le 19 juin 2015 à Wattwiller (68) et à Paris (75) au "Carré d'encre"

Vente générale le 22 juin 2015

Valeur faciale : 0,95 € (affranchissement de la lettre prioritaire internationale jusqu'à 20g vers l'Union européenne, Liechtenstein, Saint-Marin, Suisse et Vatican)

Imprimé en taille douce, polychrome

Emis à 1,5 million d'exemplaires




Un peu d'histoire

La bataille du Hartmannswillerkopf est une bataille de la Première Guerre mondiale qui a eu lieu du 19 janvier 1915 au 08 janvier 1916 dans le massif des Vosges, en Alsace, région française mais allemande au début de la guerre.

Elle s'est déroulée sur un front secondaire de la Grande Guerre mais la violence des combats et la rigueur du climat des Hautes-Vosges l'ont rendue aussi terrifiante que celles plus célèbres de la Marne, de la Meuse ou de la Somme.




Ainsi ce conflit a donné à la montagne du Hartmannswillerkopf le surnom de "Vieil-Armand" et les abréviations usuelles de "HWK" ou "HK" mais on l'a également appelé "la mangeuse d'hommes".

Le monument national du Hartmannswillerkopf a été édifié entre 1924 et 1929 en hommage aux milliers d'hommes tombés pendant la bataille. Il surplombe la plaine d'Alsace du Haut-Rhin à 906 mètres d'altitude. Imposant, conçu autour d'un axe médian, le mémorial ouvre une perspective majestueuse sur l'ensemble du site classé.




Dans son prolongement s'inscrivent le cimetière national, la croix sommitale géante, baptisée Croix de la Paix en Europe, et les importants vestiges du champ de bataille. Sur le vaste parvis qui recouvre le vestibule et la crypte, se dresse l'autel de la Patrie. Les faces du parallélépipède de bronze doré portent les blasons des douze grandes villes de France qui contribuèrent au financement du monument en 1920.

L'intensité particulière des combats meurtriers qui se sont déroulés en 1915 sur ce site ont fait près de 25.000 victimes parmi les soldats allemands et français. Parmi eux 1.256 soldats français sont inhumés sous les croix qui s'alignent comme à l'infini dans le cimetière national gardé par le monument.

Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste