samedi 23 novembre 2013

Les cachets allemands des hôpitaux militaires et formations sanitaires en Alsace-Lorraine (1914-1918)

La SPAL vient de publier, sous la plume de Michel FRICK, une nouvelle étude intitulée "LES CACHETS ALLEMANDS DES HÔPITAUX MILITAIRES ET FORMATIONS SANITAIRES - ALSACE-LORRAINE (1914-1918)".

Ce catalogue de 258 pages est le fruit d'une dizaine d’année de recherches sur le courrier expédié par les soldats allemands depuis les ambulances et hôpitaux militaires durant la Première Guerre mondiale.

Plus de 800 cachets ont ainsi été répertoriés, tous reproduits avec indications des dates extrêmes relevées.

L'ouvrage est richement illustré à l'aide de multiples cartes postales et cartes photos d'époque.




Au début de la Grande Guerre, de nombreux hôpitaux de fortune ont été ouverts par la Croix-Rouge sous la dénomination de "Vereinslazarett", dont huit rien qu’à Colmar, trente neuf à Strasbourg, principalement dans les écoles et les couvents.

A partir de 1915, l'armée prend le relais et les hôpitaux sont transformés en "Feldlazarett", en "Etappenlazarett" puis en "Kriegslazarett".

Dans les villes de garnison, ces hôpitaux étaient nommés "Garnisonlazarett", dans villes fortifiées (Strasbourg ou Neuf-Brisach par exemple), "Festungslazarett".

Il existait également des hôpitaux militaires spécialisés pour les malades contagieux (par exemple le "Seuchenlazarett" de Logelbach, installé dans l’actuel Centre pour personnes âgées de Colmar), pour les blessés aux yeux, pour les opérations orthopédiques, etc.

On découvrira également, parfois avec surprise, l'existence d'hôpitaux de campagne dans de multiples petites communes : autour de Colmar, on peut par exemple citer Wintzenheim, Ingersheim, Turckheim, Kaysersberg, Kientzheim, Trois Epis, etc.

Chaque hôpital ou unité sanitaire disposait de son propre cachet de franchise.

Une partie de l’ouvrage est consacrée aux trains sanitaires, chargés du transport des blessés et malades, une autre aux services sanitaires pour les chevaux.


Prix pour les membres de la SPAL : 28 €
Prix public : 35 €

Port pour la France (par ouvrage) : 6 €
Port pour l’étranger (par ouvrage) : 9 €

L'ouvrage est disponible par correspondance auprès du trésorier de la SPAL : bon de commande à télécharger en cliquant ici

samedi 16 novembre 2013

Collector "Entre ciel et terre ... Les montagnes françaises - Les Vosges"

Une nouvelle collection de collectors de timbres intitulée "Entre ciel et terre ...", commercialisée sur deux ans, nous fait voyager à travers la France et explorer sa richesse et son patrimoine naturels.

Les timbres sont richement illustrés par des photographies de vues aériennes et insolites de nos belles régions de France. Cette collection sera découpée en 4 séries :

  • les îles françaises,
  • les montagnes françaises,
  • le littoral français
  • les campagnes françaises.




Chacune des séries sera composée de 8 collectors de 6 timbres-poste.

La deuxième série met à l'honneur les montagnes françaises suivantes : les Vosges, le Jura, le Massif central, les Alpes du Nord, les Alpes du Sud, les Pyrénées atlantiques et centrales, les Pyrénées orientales et centrales et la Corse.

Les timbres du collector sur les Vosges représentent :

  • le Plateau des Mille Etangs
  • le Mont Sainte-Odile
  • le Grand Ballon
  • le Lac de Pierre-Percée
  • le Lac de la Land
  • la Chapelle Notre-Dame-du-Haut-Ronchamp




Caractéristiques :

Poids maximum de l'envoi : 20 g
Destination France, Outre Mer
Nature de l'envoi : Lettre Verte
Valeur Faciale : 0,58 €
Conditionnement du produit : Collector de 6 timbres-poste
Date d'émission 04/11/2013
Technique d'impression : offset
Prix de vente : 6,49 €

samedi 2 novembre 2013

Carte d'abonnement aux émissions de timbres poste de 1944

Durant l'Occupation de 1940-1944, les philatélistes qui souhaitaient s'abonner aux émissions de timbres-poste allemands, devaient compléter un formulaire postal spécial et s'acquitter d'une taxe de 1 RM.



Carte d'abonnement établie par le bureau de poste de
Ribeauvillé (Rappoltsweiler) pour un habitant de
Riquewihr (Riechenweier) en 1944.


Un timbre à date était apposé au verso lors de chaque retrait de timbres-poste au guichet.