samedi 23 février 2013

L'utilisation des timbres de service du parti national socialiste allemand en Alsace (1941-44)

A compter du 02 mai 1941, la "deutsche Dienstpost Elsass" (poste de service allemande en Alsace) est intégrée dans la Reichspost (poste impériale allemande).

A partir de cette date les correspondances du NSDAP et des différentes organisations rattachées sont affranchies avec des timbres de service ("Dienstmarken").

Les correspondances sont soumises aux mêmes tarifs que les envois des particuliers.

Les dotations en timbres de service étaient probablement limitées car on trouve de nombreuses correspondances du parti affranchies avec des timbres à usage courant.



Lettre du 5 juin 1944 affranchie à 8 pf, tarif de la lettre locale



Lettre du 19 novembre 1943 affranchi à 3 pf, tarif des imprimés (1er échelon de poids)

samedi 16 février 2013

Empreintes de machines à affranchir allemandes en Alsace 1940-1945

Durant la Seconde Guerre mondiale, une quarantaine de machines à affranchir étaient en service en Alsace : 

- une trentaine dans le Bas-Rhin (la grande majorité à Strasbourg),

- une dizaine dans le Haut-Rhin.




Il y avait deux types de machines, de fabrication allemande : les machines type FRANCOTYP et la machine POSTALIA (une seule machine connue, en service à Strasbourg).

Ces machines délivrent en principe des empreintes rouges. Une machine strasbourgeoise délivre également des empreintes en noir.




L'ensemble des empreintes connues sont répertoriées dans le catalogue "LA POSTE EN ALSACE 1940-45" publié par la SPAL en 1986.

samedi 9 février 2013

Double port et double affranchissement

Suite à la guerre de 1870 entre l'Allemagne et la France, les lettres échangées entre l'Alsace et la France sont soumises au double port, c'est à dire que l'envoi supportait à la fois le port français de la lettre simple pour l'intérieur et le port allemand.

Lorsque l'expéditeur possédait des timbres d'occupation et des timbres postes français, celui-ci pouvait apposer l'ensemble sur l'envoi. Dans ce cas, on parle de double affranchissement.



Lettre de Colmar du 10 septembre 1871 affranchissement avec un timbre d'occupation de 20 cts (port allemand) et 3 timbres-poste français pour un total de 25 cts.


Mais dans la plupart des cas, l'expéditeur ne possédait pas de timbres-poste français. Dans ce cas, la taxe française était matérialisée par un tampon et cette dernière était encaissée auprès du destinataire du pli.



Lettre de Durmenach pour Remiremont affarnchie à 20 cts avec des timbres d'occupation. Taxe de 25 centimes au tampon payée par le destinataire.

samedi 2 février 2013

Les marques d'échange avec la Suisse

Dans les relations postales entre la France et les cantons suisses de Bâle et de Zurich ont été utilisées des marques d'échanges diverses.

Le 1er avril 1829 entra en vigueur une convention postale signée entre la France et la canton de Bâle agissant conjointement avec le canton de Zürich.

La France était découpée en 10 rayons postaux (Cf carte reproduite ci-dessous)




A chaque rayon correspondait une taxe, allant de 2 décimes à 11 décimes.

Le courrier portait une marque postale "L. F" (lettre française) + nombre de décimes.

Ce timbre était en principe frappé en noir de 1829 à 1832, puis en rouge.



Pli de Thann pour Brugg (1er rayon) avec marque
"LF 2.D" (Lettre française 2 décimes) 



Pli de Colmar pour Bâle (2ème rayon) avec marque
"L.F 3.D" (Lettre française 3 décimes)


Pour en savoir plus : Série ETUDES de la SPAL (XIII/I A.B.C)