samedi 26 mai 2012

Enveloppe réponse à une publicité - 1 pf

A compter du 1er avril 1938 (en Allemagne), il était possible d'affranchir à 1 pf les cartes réponse à une publicité. Il s'agissait de publicités non adressées.

L'expéditeur de la publicité payait, pour chaque document retourné, le port de la pièce correspondante majoré d'un pf pour un imprimé, de deux pf pour une carte postale et trois pf pour une lettre, ce qui donnait 3 + 1 pf pour chaque imprimé retourné, 6 + 2 pf pour une carte postale et 12 + 3 pf pour une lettre. Ce n'était pas cher.

La plupart des expéditeurs étaient des organisateurs de loterie, qui affranchissaient au préalable les imprimés-réponse avec un timbre à 1 pf, pour inciter les destinataires à renvoyer le document.

A l’arrivée, il suffisait de payer 2 pf pour le port manquant + 1 pf de taxe spéciale, soit 3 pf.

Le tout avait un coût de 4 pf au lieu de 4,5 pf pour un document non affranchi (3 pf + 50 %).

La plupart du temps les documents n'ont que le timbre-poste à 1 pf, la taxe ne figure pas sur l’imprimé. En effet, on comptait les documents et on facturait le total à l’auteur de la publicité.

Nous avons recensé les deux cas (avec et sans taxe).

Le 28 février 1943, le système a été suspendu pendant la durée de la guerre.



Enveloppe réponse du 21 août 1941 de Vernéville (Wernheim) à la loterie d’état « Pasquay » à Metz. La carte a été taxée 3 pf en rouge.

samedi 5 mai 2012

Le Stalag XII-F en Moselle

Le Stalag XII-F a été créé officiellement le 15 novembre 1940. Jusqu'en mars 1941, ce camp de prisonniers de guerre était situé à Sarrebourg puis il a été transféré à Forbach.

Les prisonniers étaient répartis dans une multitude de commandos de travail, affectés à des travaux agricoles, miniers, de voirie, etc.

Le camp comptait jusqu’à 78.500 prisonniers de guerre en septembre 1944 ; ceux-ci étaient principalement d'origine française, russe, italienne polonaise ou serbe.

De nombreux types de formulaires de correspondances ont été utilisés : cartes et lettres, avec mentions pré-imprimés dans différentes langues.

La totalité du courrier expédié et reçu par les prisonniers était soumis à la censure postale, matérialisée par un cachet de censure, dont on connaît plus de 80 modèles, de formes et couleurs variées.


Pour en savoir plus : « Les camps de prisonniers de guerre alliés en Moselle 1940-1944 » édité par la SPAL en 2007 (186 pages)



Formulaire de correspondance adressé à un prisonnier de guerre serbe avec cachet de censure "Geprüft-Stalag XII F  Nr. 12a" (11/08/1943)



Verso du formulaire avec nom du camp
pré-imprimé "M-Stammlager XII F"



Intérieur du formulaire