samedi 31 mars 2012

Les timbres d’occupation d’Alsace avec surcharge renversée

Il existe plusieurs variétés de surcharge sur les timbres d’occupation alsaciens utilisés en 1940-41 : surcharges hautes, surcharges basses, décalées vers la droite ou vers la gauche, surcharges à cheval sur deux timbres-poste.

La variété la plus spectaculaire est la surchargé renversée, connue sur 2 valeurs :

- le timbre à 6 pf vert : une feuille de 100 a été détaillée à la poste de Strasbourg Cathédrale ; lorsque l’erreur fut constatée, il restait 32 exemplaires qui furent achetés par un négociant strasbourgeois.

- le timbre à 8 pf orange : une feuille de 100 a été détaillée à Sarre-Union.

Sources : "LA POSTE EN ALSACE 1940-1945 - Catalogue des marques postales et oblitérations", publié par la SPAL en 1986.



Proposé en vente aux enchères en Allemagne à 1.800 €



Proposé en vente sur offres à 1.500 €



Vente aux enchères "Hobby Philatelie" avril 1996
Mise à prix : 20.000 DM


samedi 24 mars 2012

L'autorisation pour utiliser un récepteur radiophonique

En application du "Règlement de la radiodiffusion" du 27 novembre 1931, l'utilisation d'un récepteur radiophonique était soumise à une autorisation délivrée par la poste ("Rundfunkgenehmigung").

Chaque bureau de poste tenait à jour un fichier des utilisateurs de récepteurs radiophoniques pour lesquels une autorisation avait été délivrée.



Autorisation d'utiliser un récepteur radiophonique délivrée par la poste de Schiltigheim (13/12/1941)



Verso de la carte avec "Instructions importantes à l'intention des auditeurs de radio"


Les droits pour cette autorisation se montaient à 2 RM, payables le premier de chaque mois.

Ils étaient encaissés par le facteur et devaient être acquittés même si les installations de réception ou les postes d'écoute n'étaient pas utilisés.

samedi 17 mars 2012

Un entier postal repiqué type Germania

A partir du 1er janvier 1900 sont mis en service, petit à petit, de nouveaux timbres-poste allemands à usage courant, type Germania, qui constitueront une série de 10 valeurs de 3 à 80 pf, avec mention « REICHSPOST » (Poste impériale).

Ces timbres-poste furent remplacés, en 1902, par une nouvelle série avec les mêmes valeurs faciales, mais avec mention « DEUTSCHES REICH » (Empire allemand), en service jusqu’en 1918.

Autre nouveauté : à partir du 1er avril 1900 entrent en application de nouveaux tarifs postaux qui prévoient notamment la création d’un port local (2 Pf pour la carte postale locale par exemple au lieu de 3 Pf).



Entier postal à 2 Pf (tarif local) oblitéré à Mulhouse le 26 août 1904 avec repiquage au verso pour l’assemblée générale de l’association cyclophile de Mulhouse



(Lot figurant dans une ancienne vente échange de la SPAL, service interne réservé aux membres de l’association)

samedi 10 mars 2012

Le tarif intérieur transitoire d’Alsace-Lorraine en 1918 - 1919

Du 15 décembre 1918 au 15 juillet 1919 était en vigueur un tarif transitoire valable pour le courrier acheminé à l’intérieur de l’Alsace-Moselle. Il s’agissait d’une adaptation en francs du tarif postal allemand du 1er octobre 1918 (la conversion était de 1 centime pour 1 pfennig).

A partir du 16 juillet 1919 fut appliqué le traif français du 1er janvier 1917.



Carte postale de Colmar pour Strasbourg du 1er mars 1919 au tarif de 10 centimes (le tarif français à la même époque était de 15 cts)



Lettre recommandée de Colmar pour Strasbourg du 27 mars 1919 affranchie à 35 centimes : 15 cts pour la lettre et 20 cts pour la recommandation (le traif français du 1.1.17 pour un envoi similaire était de 40 cts)


Pour connaître en détails tous les tarifs postaux en vigueur en Alsace-Lorraine de 1918 à 1920, se reporter à l’ouvrage « ALSACE-LORRAINE 1918-1920 » de Robert Abensur, édité par la SPAL en 1995.


samedi 3 mars 2012

Les timbres à date prussiens frappés en bleu

En France, il existait une réglementation concernant la couleur de l'encre à utiliser pour les oblitérations. Cela n'était pas le cas en Allemagne. Chaque bureau de poste s'approvisionnait en encre où il voulait.

C'est la raison pour laquelle certains bureaux de poste ont utilisé (notamment entre 1870 et 1880, quelques uns jusqu'en 1918 et même au delà) de l'encre de couleur bleue.

Un timbre à date bleu n'est donc pas forcément plus rare qu'un timbre à date frappé en noir. Tout dépend de la durée d'utilisation de l’encre de couleur.

L'ensemble des timbres à date connus en bleu figureront, entre autres, dans le "Catalogue des timbres à date d’Alsace-Lorraine (1870-1918)" qui sera publié par la SPAL courant 2012. Un indice de rareté leur sera attribué au cas par cas.



Timbre à date de MUTZIG (Bas-Rhin) du 5 janvier 1871



Timbre à date de BOLLWILLER (Haut-Rhin) du 6 août 1871



Timbre à date d’ALBERSWEILER (Moselle) du 28 juillet 1871